Un peu de tout·Voyages

Découvertes gourmandes au Coeur de la Montérégie

Invitation au coeur de la MontérégieDécidément, c’est un mois de mai occupé pour moi. Voici qu’une seconde invitation m’est lancée, cette fois pour me faire découvrir le Coeur de la Montérégie. Une visite de quelques producteurs locaux dans une formule rallye gourmand, un dîner concocté par Émilie Brochu, la finaliste de l’émission Les Chefs, un panier de produits… Beaucoup de plaisir en perspective, n’est-ce pas, mes amis?

C’est ainsi qu’à quatre heures du matin jeudi dernier, mon réveil-matin me chante à tue-tête pour le début du grand jour. Heureusement, j’ai une co-pilote extraordinaire, Audrey Loze de Papilles Souriantes, qui m’a calmement enduré les deux fois où j’ai manqué la sortie, pris l’autoroute du mauvais sens et passé droit devant le point de ralliement à Longueuil. On arrive enfin, on fait la connaissance de quelques blogueurs et journalistes avec qui on va passer la matinée et on se dirige vers le bureau d’information touristique de Richelieu, au Cœur de la Montérégie.

20130519-154949.jpg

IMG_2889 IMG_2891

Laissez-moi vous dire que j’ai découvert un magnifique coin de pays avec des producteurs passionnés et extrêmement accueillants. Avec une douzaine de vignobles et cidreries (ils m’ont eu à « vignobles »), près de quarante producteurs de fruits et légumes, des fermes d’élevage de poulet et veau de grain, de canard, de chevreau, de pigeonneau, sans compter les confitureries, artisans de savon et de verre, théâtres, spas, restaurants et hébergements hôteliers réputés, c’est un arrêt obligé vers Montréal que j’ai découvert.

Voici donc la matinée en cinq temps :

Poulet d’Amours

Les propriétaires Alexander D’Amours (2e génération) et Valérie Parent font l’élevage de poulet de grain nourris à la farine plutôt qu’à la moulée, ce qui force le poulet à manger plus longuement et donc de croître plus lentement. La chair est ainsi plus fibreuse, moins pâteuse que les poulets engraissés rapidement, et la volaille ne perd pas de volume à la cuisson. À la boutique, on peut y trouver des produits transformés tels saucisses, pâtés poulets de cornouailles (800 grammes), chapons (poulets de 4kg).

On a eu la chance de marcher dans le poulailler avec les consignes de ne pas faire de mouvement brusque ni d’élever la voix. Quelle expérience! Les centaines de doux piaillements et l’odeur (qu’on ne peut ignorer) ont éveillé un sens profondément enfoui en la pauvre banlieusarde que je suis.

IMG_2893 IMG_2897 IMG_2987

IMG_2992 IMG_2996 IMG_2995

Vignoble Coteau Rougemont

Une autre belle découverte que ce vignoble. On devine que les propriétaires, la famille Robert, avaient à cœur de faire vivre une expérience totale aux visiteurs, avec leur magnifique terrasse et l’immense hall d’entrée qui nous accueille avec foyer et mobiliers appelant à l’oisiveté.

IMG_2905 IMG_2925 IMG_2994

Monsieur Patrick Fournier, maître de chais, nous a lancé un défi de dégustation à l’aveuglette. Se sont enchaînés un superbe St-Pépin, un rosé aux framboises (maman!), un poiré de glace (à la méthode du cidre de glace, mais à la poire) et finalement un vin de glace.

IMG_2908 IMG_2910 IMG_2916

IMG_2919 IMG_2921 IMG_2993

Cidrerie Michel Jodoin

C’est madame Francine Déry, adjointe de M. Jodoin et à l’emploi de la cidrerie depuis maintenant 19 ans, qui nous a chaleureusement accueilli. Nous avons eu le plaisir de participer au contrôle de qualité ainsi qu’à l’emballage des cidres rosés. La visite guidée nous a permis de découvrir le chais (remarquez la magnifique porte faite par un artisan local), les immenses cuves, l’alambique (le premier au Canada, ce qui en fait les premiers distillateurs au pays – et ils sont encore les seuls à produire un brandy de pommes inspiré par la tradition du Calvados) et la ligne de production et d’emballage. On a ralenti l’équipe, semble-t-il, mais on a eu beaucoup de plaisir à participer à cette étape et le personnel était très courtois et très sympathique. Des gens authentiques !

IMG_2927 IMG_2929 IMG_2931

IMG_2934 IMG_2986 IMG_2938

Confiturerie Les Petits Péchés du Mont Yamaska

Notre dernier arrêt avant le lunch gourmand nous a permis de participer à l’élaboration d’une confiture de pommes et canneberges en compagnie de la charmante propriétaire des Petits Péchés, madame Nathalie Daguzan.

Cette française installée à Saint-Paul-D’Abbotsford depuis maintenant 10 ans est passionnée de confiture et peut produire 20 000 pots par année, le tout fait à la main, chaque recette étant faite par quantité de 1kg à la fois. Attention : le taux de sucre, mesuré par le réfractomètre (ci-dessous), doit être supérieur à 65% sinon ce n’est pas de la confiture, c’est de la tartinade. Madame Daguzan s’est notamment rendue en finale mondiale grâce à sa confiture de cerises de terre et cidre de glace. Ses produits sont distribués actuellement à Montréal et une boutique en ligne devrait voir le jour sous peu.

IMG_2940 IMG_2956 IMG_2948

IMG_2952 IMG_2946 IMG_2943

Dîner à la Ferme Miboulay cuisiné par Émilie Brochu en personne!

La finale, mais non la moindre : Un accueil sympathique à la Ferme Miboulay, qui se spécialise dans la production/l’élevage de veau de grain, pigeonneau de grain, porc nourri aux oméga-3, lapin, farine moulue sur pierre, graines de lin, oeufs bruns aux oméga-3 et plusieurs autres produits.

On nous y a servi tout d’abord un apéritif, le San’Cidria (une sangria à base de cidre de pomme) de la Cidrerie Michel Jodoin, puis nous sommes montés à l’étage pour le service du magnifique repas élaboré par la chef Émilie Brochu : une trilogie de pigeonneau (suprême saisi, cuisse confite et raviole sauce au foie gras), servi avec un délicieux vin rouge du vignoble Les Petits Cailloux (mélange de marechal foch et de frontenac), suivi d’une pomme fourrée au crumble de pistaches et sirop accompagné d’un cidre de glace du Domaine Cartier-Potelle. À table, nous fûmes honorés de la présence du propriétaire du vignoble Les Petits Cailloux, monsieur Martin Lavertu, ainsi que la maître de chais du vignoble Domaine de Lavoie, madame Nathalie Lamoureux.

IMG_2985 IMG_2959IMG_2961  

IMG_2966 IMG_2968 IMG_2972

IMG_2964  

IMG_2970

Avant de quitter ce coin de pays, on nous a remis une boîte-cadeau regorgeant de produits locaux, dont le livre de recette d’Émilie Brochu, qu’on a lancé à l’occasion de ce rassemblement (et toutes les recettes qu’elle nous a préparé au dîner se retrouvent dans le livre – bonheur!) :

IMG_2974

Vous cherchez un alibi pour visiter la région? En voici quelques-uns :

– La Route des cidres
– La Route des vins 4 Monts
– La Route du Richelieu (visite historique)
– Le Marché public de Marieville tous les samedis d’été
– Les Week-end gourmands de Rougemont à l’automne
– Le Marché de Noël
– Le Mondial des cidres de glace en février

Un énorme merci aux producteurs qui nous ont reçu et qui nous ont généreusement partagé leurs superbes produits, ainsi qu’à l’équipe de Tourisme au Coeur de la Montérégie pour cette invitation. Ce fut un grand plaisir de vous découvrir.

Bureau d’information touristique de Richelieu
Sortie 29, Autoroute 10
2365, ch. des Patriotes (route 133), Richelieu
450.460.0202 / 1 866 335.5731 #401

2 réflexions sur “Découvertes gourmandes au Coeur de la Montérégie

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s